Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

L'engagement du Canada en Afghanistan

www.afghanistan.gc.ca

Fil d'Ariane

  1. Accueil

Document archivé

L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n’a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d’archivage. Les pages archivées sur le Web ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un format de rechange en communiquant avec nous.

Priorité 2 : Renforcer la capacité institutionnelle afghane d’offrir des services essentiels et de promouvoir la croissance économique et, du même coup, améliorer le niveau de confiance des Kandaharis en leur gouvernement.

Il sera essentiel que les institutions gouvernementales favorisent, voire renforcent la confiance du public envers elles afin de mater l’insurrection. Les autorités afghanes ne peuvent obtenir cette confiance qu’en améliorant les services publics de base (parexemple, santé, éducation, réseau routier, eau courante et irrigation). Ces obligations décrivent bien le double impératif énoncé dans cette priorité canadienne: répondre aux besoins immédiats de la population et renforcer la capacité de l’Afghanistan à se doter d’un gouvernement responsable et efficace.

Objectif du Canada d’ici 2011: Nous nous attendons à ce que l’administration de la province de Kandahar et les principaux ministères afghans soient davantage en mesure d’offrir des services essentiels dans les districts clés de la province de Kandahar.

Deux projets de premier plan découlent de cet objectif. Le premier comprend la restauration du barrage Dahla et de son système d’irrigation. Comme les travaux ont beaucoup avancé durant le trimestre, la construction d’une voie d’accès et d’un pont assez solides pour supporter le poids des matériaux de construction du barrage, devrait se terminer au début de 2009. L’Agence canadienne de développement international (ACDI) a choisi deux sociétés canadiennes, SNC-Lavalin et Hydrosult, pour diriger ce projet de 50millions de dollars sur les trois prochaines années.

Projet de premier plan: le barrage Dahla et son réseau d’irrigation (page couverture)

Construits en 1950, dans le cadre d’un partenariat américano-afghan, le barrage Dahla et son réseau d’irrigation approvisionnent en eau une région comptant 80 pour cent de la population de la province deKandahar. Cependant, en raison de décennies de guerre et de mauvais entretien, le barrage et ses canaux fonctionnent bien en deçà de leur plein potentiel, et l’eau, qui est rare dans cette région, est gaspillée. La remise en état du barrage et de son réseau d’irrigation augmenterait considérablement la capacité d’approvisionner les paysans de Kandahar en eau et permettrait lacréation de milliers d’emplois saisonniers. Le Canada investira jusqu’à 50 millions de dollars sur trois ans dans les réparations urgentes du barrage, la remise en état des vannes contrôlant le débit de l’eau de la rivière Arghandab, la réfection des canaux, et la mise en place d’une agence de gestion de l’eau. Ce projet comprend aussi un volet formation sur la gestion de l’eau et sur la culture agricole pour les paysans. Résultats: une distribution plus durable et plus efficace de l’eau, une augmentation de la production agricole, une croissance de l’emploi ainsi que durevenu.

Un deuxième projet de premier plan concerne la construction, l’agrandissement et la rénovation de 50 écoles dans les districts clés de la province de Kandahar. Au cours du trimestre, on a terminé la construction d’une école (en tout, trois écoles sont été construites) et 22 autres étaient en chantier. Le Canada désire également participer à la formation de 3000enseignants d’ici 2011. Cette formation s’est poursuivie durant le trimestre dans le cadre d’un programme financé par les États-Unis, et la première étape de la formation en cours d’emploi a été menée à bien (la plupart des enseignants de la province ne possèdent aucune formation postsecondaire). Cette dernière mesure jette les bases des travaux du Canada à cet égard. Des cours professionnels et généraux pour les adultes ont été dispensés : en janvier 2009, 10949 adultes, dont 8984 femmes, devaient avoir terminé le programme de dixmois.

Pour les Kandaharis, dont la plupart sont analphabètes, apprendre à lire représente une réussite simple, mais qui procure un sentiment de puissance immédiat. «Je comprends maintenant la signalisation en ville», a confié une veuve, mère de cinq enfants. Pour la première fois, cette femme, de même que d’autres participants, peuvent lire les noms de leurs enfants dans des documents, différencier les trajets d’autobus et obtenir un emploi.

Le gouvernement canadien tente d’affermir le pouvoir du gouvernement afghan dans divers programmes nationaux. Par ailleurs, à plus petite échelle, la prestation des services essentiels aux familles de la province de Kandahar a aussi évolué de façon notable. Avec le concours du ministère du Relèvement rural et du Développement et d’autres partenaires, le Canada a favorisé le démarrage d’un grand nombre d’entreprises (par exemple, une boulangerie et un bazar) qui ont déjà créé des emplois et généré des revenus pour les entrepreneurs locaux. Il a mis sur pied un service permettant aux sociétés afghanes de soumissionner des contrats d’approvisionnement auprès du gouvernement et des organisations internationales qui œuvrent dans la province, une autre innovation source d’emplois et de revenus. De plus, notre pays a aidé 26 femmes à obtenir la formation et les ressources nécessaires pour démarrer leur propre entreprise avicole.

Autre exemple: un homme d’affaires a obtenu deux prêts en vue de l’achat d’appareils pour sa manufacture de literie située dans la ville de Kandahar. « Ces prêts [4600$ et 9200$] m’ont permis d’acheter le matériel nécessaire pour ma fabrique afin de diriger mon entreprise en toute quiétude.» L’entreprise emploie environ 10 hommes sur place et 70 femmes à domicile. C’est grâce au Mécanisme de microfinancement et de soutien en Afghanistan, qui a reçu 6,5 millions de dollars du Canada en 2008-2009, que ces prêts ont pu lui être accordés.

Par l’intermédiaire d’institutions publiques, le Canada a financé à hauteur de 1,2 million de dollars, une autre initiative très appréciée par la population, qui vise à distribuer 300tonnes métriques de blé et d’engrais à plus de 5000 agriculteurs. Ces semences peuvent ravitailler la province en denrées plus accessibles et bon marché et remplacer la culture de pavot liée au marché de l’opium.

Dans le district de Zhari situé à l’ouest de la ville de Kandahar, le Canada a aidé à construire des routes entre huit petits villages, augmentant ainsi la capacité de développement local et améliorant de façon notable les conditions de vie. «Avant la construction de la route, nous transportions les patients sur notre dos jusqu’aux cliniques médicales», se souvient un villageois. Et ce n’est pas tout, cette initiative a également généré des emplois et renforcé les moyens d’action du conseil de développement communautaire de Zhari, qui était responsable d’administrer les travaux.

Cependant, les répercussions de la guerre sur les conditions de vie et les déplacements (en ville et à la campagne) ont nui à ces initiatives et à toutes les autres activités de développement. Dans certains districts, il est presque impossible pour les responsables canadiens et leurs partenaires de circuler; dans d’autres régions, les voyages doivent être effectués dans des véhicules blindés sous une protection constante et serrée.

Pied de page

Date de modification :
2009-05-21